Le rempotage des agrumes en pot

 

     

 

 De janvier à juin, un rempotage doit se faire dans un pot à peine plus grand, pour ne pas compromettre le processus de fructification. 

 

 

 Les clés de la réussite pour la culture des arbres d’agrumes sont une maîtrise de la fertilisation, de l’arrosage, de la taille mais aussi des questions autour du rempotage ! Ces conseils sont valables pour l'ensemble de nos agrumes.

 

En résumé c’est quoi le rempotage ?

Le rempotage est une aisance que l’on donne à la plante et qui permet d'optimiser la fertilisation. Il a un côté pratique dans le positionnement de la plante en lui conférant plus de stabilité, et en constituant une réserve possible d'eau et de nutriments plus importante. Il peut évidemment avoir également un côté esthétique, avec l'utilisation de pots plus sympa que les conteneurs de culture.

Le rempotage n'est donc pas systématique au moment de l'acquisition, d’un citronnier par exemple. 

 

Pourquoi rempoter ?

Ces arbres doivent être rempotés régulièrement pour procurer aux racines un nouvel espace de développement permettant ainsi d'optimiser la fertilisation.  Chaque année, si l’on procède à une augmentation progressive de la taille du contenant. Tous les deux à trois ans si l’augmentation de la taille du pot est importante.  Ce nouvel espace disponible pour les racines permet d’optimiser la nutritionde la plante et donc vigueur ou production.

Le but est que ce processus d'enracinement soit suffisamment avancé au moment de la floraison de printemps pour ne pas compromettre la fructification. A savoir contrarier la "nouaison", c'est-à-dire la fixation du jeune fruit par la plante.

 

Quand rempoter ?

Les rempotages procédant d’une augmentation progressive de la taille du pot peuvent se faire du printemps jusqu’à l’automne. "Pour moi, et par expérience, la meilleure saison reste tout de mêmes l’automne, octobre novembre, y compris pour les plantes qui devront faire l’objet d’un repli hivernal sous abri. "

Un rempotage plus généreux sur la taille du pot est, lui, fortement conseillé à l'automne, Octobre-Novembre, avant l'hivernage. Avec des températures encore douces et des conditions d’humidité favorables à la croissance racinaire des arbres d’agrumes, et suffisamment à distance de la floraison (Printanière) pour ne pas compromettre la « nouaison » (fixation du jeune Fruit sur l’arbre en fin de floraison)

Par la suite, quand le pot a une taille au-delà de laquelle il devient compliqué de rempoter (poids, encombrement), tous les trois ans, au mois d'octobre, vous dépotez votre arbre d'agrumes, vous réduisez la motte d'au moins un tiers en taillant les racines et vous rempotez dans le même pot avec un nouveau terreau. 

 

Comment rempoter ?

Qui dit rempotage dit changement de pot. Comment choisir le nouveau pot ? Deux critères importants : le premier est la taille, le deuxième est la matière (plastique, bois, terre cuite, béton, métal…). 

Concernant le choix de la taille du pot, il faut comprendre que l’augmentation progressive de la taille du pot permet un développement tout aussi progressif de la plante et permet d’éviter parfois la longue période d’enracinement, conséquence d’un rempotage très généreux, période pendant laquelle la plante a tendance à moins fleurir et fructifier.

Pour ce qui est des différentes matières possibles, le plastique présente l’avantage d’être un support de culture neutre convenant parfaitement par conséquent. Il n’est cependant pas l’idéal en termes de développement durable…Préférer la réutilisation de pots existants, réutilisables, échangeable avec des amis, récupérables auprès de pépiniéristes conscients des enjeux.

Le bois et le béton conviennent très bien, le métal peut en revanche provoquer des stress racinaires avec une élévation très importante de la température en cas de forte expositions.

La terre cuite, matériaux traditionnels en art des jardins ou en horticulture reste une incontournable du rempotage. Pour autant, certains engrais produisent des résidus salés ou acides dont la terre cuite a tendance à s’imprégner, offrant ainsi aux racines un contact toxique. Les conséquences de l'utilisation d'engrais non organiques, provoquent ainsi jaunissement et perte de vigueur chez le citronnier. Pour contourner ce risque, il suffit de tapisser l’intérieur du pot d’un film plastique, type grands sacs poubelle et dans lequel on peut procéder au rempotage, sans oublier de percer le fond pour que l’eau en excès puisse s’évacuer. Ce faisant, l'isolation de la terre cuite permet d'éviter également une surconsommation d'eau, non négligeable en période estivale. Il faut donc éviter le contact direct avec les racines du citronnier.

Les pots pouvant avoir différentes formes, le ratio taille du pot/hauteur de la plante sont tout à fait subjectif, et sera déterminé suivant des critères pratiques ou esthétiques personnels

 

Quel terreau ?

Déjà, savoir qu'il est préférable d'éviter la terre franche généralement trop colmatante et ne permettant pas un développement racinaire optimal.

Préférez un bon terreau « horticole », ou « de rempotage ». Il s'agit d'un substrat de culture, et non pas d'un amendement destiné à améliorer un mélange terreux existant. Terreau universel, notamment bon et bon marché, et compost maisons sont des amendements et ne peuvent être considérés comme des substrats de culture avec lesquels il est possible de rempoter.

Un terreau horticole de qualité est suffisamment enrichi pour ne pas avoir besoin que l'on y fasse de rajouts de fertilisants supplémentaires. "Mon conseil est toutefois, pour un rempotage automnal, si l'on dispose de corne broyée suffisamment grossière, de surfacer le pot avec ce fertilisant organique riche en azote." Une décomposition lente et régulière tout au long de l'hiver de ce fertilisants fournira des nutriments riches en azote dès la reprise de la végétation, au début du printemps.

Concernant le drainage, sachant que la principale qualité d'un bon terreau horticole est l'aération, on peut comprendre que la circulation/évacuation de l'eau en excès sera également assurée et que des conditions asphyxiantes pour les racines liées à la stagnation d'eau devraient être évitées. Pour autant la mise en place d'une couche drainante, constituée de gravillons, de cailloux, de tesson...permettra toujours de parer aux effets d'une main un peu lourde sur les questions d'arrosage.

 

Commandez votre arbre fruitier si ce n’est pas déjà fait ! 

Articles complémentaires :

La fertilisation

La culture des Agrumes en pot

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. (En savoir plus)
x